• Mai, Mos de Marie.
  • lumière de vitraux.
  • Pâques2022.
  • Les communautés de la paroisse.
  • Veillée de la miséricorde.


Actualités Locales : Canonisation de Charles de Foucauld et Marie Rivier

Le 15 mai prochain, à Rome, avec beaucoup, nous fêterons la canonisation du bienheureux Charles de Foucauld. Le pape le mettra officiellement au nombre des saints, reconnaissant qu'il peut être un modèle de sainteté pour l'église universelle, modèle à lire, à imiter, à prier.

Charles de Foucauld

Résumé de sa vie

Né Charles Eugène de Foucauld de Pontbriand à Strasbourg le 15 septembre 1858, Charles a une soeur Marie. Il est orphelin à 6 ans.Ils seront tous les deux élevés par leur grand père, le colonel Beaudet de Morlet après la mort de leur parent. il perd la foi à 14 ans. Piètre étudiant, et lecteur de livre « léger », il s’éloigne de la foi « à 17 ans j’étais tout égoïsme, tout vanité, tout impiété, tout désir du mal, j’étais comme affolé » dira-t-il plus tard. St Cyr ne lui réussit guère plus où il vit de beuveries et d’orgies. Il sort tout de même avec le grade d’officier et part pour l’Algérie où il connaitra la prison pour désobéissance. Il sert la France en Algérie au 4e Hussards. Ne supportant pas l'inaction du casernement, il explore au péril de sa vie le Maroc interdit aux Européens. Il est fortement impressionné par la foi des musulmans. De retour à Paris, les dessins et notes qu’il rapporte du Maroc sont reconnus et publiés. Impressionné et aimé par sa cousine Marie de Bondy « femme intelligente et pourtant croyante », il dira aussi : « Je faisais cette étrange prière : mon Dieu, si vous existez, faites le moi connaître... »


C'est alors, en 1886, à 28 ans, qu’il rencontre à l'église Saint Augustin à Paris, l’abbé Huvelin. Celui-ci lui dit : « Confessez-vous et allez communier ». Charles de Foucauld écrira : « Aussitôt que je crus qu’il y avait un Dieu, je compris que je ne pouvais pas faire autrement que de ne vivre que pour Lui... Il restait donc à entrer dans l’ordre où je trouverais la plus exacte imitation de Jésus, imiter la vie cachée de l’humble et pauvre ouvrier de Nazareth ». Après un pèlerinage en Terre Sainte, il entre à la Trappe de Notre-Dame des Neiges en Ardèche, qui l'envoie dans sa fondation d’Akbès en Syrie, où il trouve que sa situation de trappiste est encore moins pauvre que celle des Arméniens malmenés par les Turcs.
Il quitte la Trappe ; relevé de ses vœux de religieux, il est jardinier chez les clarisses de Nazareth… « Ta vie de Nazareth peut se mener partout : mène-la au lieu le plus utile pour le prochain, prie comme Jésus : la prière et le travail manuel, un temps non pas ôté mais donné à la prière ». Il voit dans son cœur, la vie de Jésus à Nazareth avec Marie et Joseph, la synagogue et les habitants du village, le puits, l’amour au quotidien, la connaissance du Talmud et la prière avec Marie sa maman, tout cela dans le silence et l'humilité de chaque jour. Des 2 à 3 ans de prière et méditation écrite de la Bible passés chez les Clarisses à Nazareth, sortira sa magnifique prière de Jésus au Père au Jardin des Oliviers.



En juin 1901, il revient en France et à Notre-Dame des Neiges pour devenir prêtre, ministère qu'il croyait réservé à une élite. Il en fera un service-ministère pour porter la présence du Christ dans l’Eucharistie, puis par le témoignage de sa présence aimante et fraternelle quand la messe lui sera interdite sans servant de messe. Il va aller vers les peuples les plus loin dans la pauvreté matérielle mais aussi spirituelle. Le Maroc, étant toujours interdit, il installe son petit ermitage en Algérie, à Béni Abbés. « Les gens appellent mon ermitage « Khoua », « fraternité », et cela me plaît.» Il deviendra le «frère universel». Dans cet esprit de fraternité, notre pape François, dans les derniers paragraphes de sa lettre Fratelli tutti, nous laisse avec l'image du bienheureux Charles de Foucauld.
En 1904 il s’installe dans une peuplade encore plus pauvre du Sahara, à Tamanrasset. Pas de prosélytisme, mais une vie plus donnée à Dieu et aux hommes, chacun dans sa vie et sa foi, musulmane pour les Touaregs, chrétienne pour les militaires qui occupent le territoire.
D'abord l’amour, le partage et la vie avec les habitants du pays. Il dira « il faut aimer et vouloir aimer, c’est aimer ». 10 ans pour la réalisation d'un énorme dictionnaire et recueil de poèmes touaregs. Présence et construction d’un fort pour protéger la population de Tamanrasset. C'est au pied de ce fort qu'il meurt le 1er décembre 1916 fusillé par des pilleurs.

Charles de Foucauld aura porté la présence de Jésus Eucharistie au milieu des pauvres, cherchant toujours à être avec Jésus à la dernière place, « frère universel ». Personnellement, je retiens de lui cette conviction : « Tout ce que vous faîtes à l’un de ces petits, c’est à moi que vous le faîtes ». Il n’y a pas, je crois, de parole de l’Evangile, avec cette autre parole de Jésus : « Ceci est mon corps. » qui ait fait en moi une plus profonde impression et transformé ma vie.

Charles de Foucauld aura lié l’Amour de son Père à l’amour des hommes, dans le don total de sa vie avec Jésus de Nazareth. C’est cet amour que l’Eglise reconnait en le canonisant. Ce sera le ministère de la bonté. «En me voyant, qu’ils puissent dire : si le disciple est ainsi , alors que doit être le maitre ?» Saint Charles de Foucauld priez et veillez sur nous ! Que nous puissions vivre à votre suite et celle du Christ, une réelle fraternité.
Père Jean Maillard

Quelques liens pour la canonisation

Canonisation de Charles de Foucauld : des membres de sa famille seront présents

Le miracle qui va faire de Charles de Foucauld un saint

Marie Rivier

Résumé de sa vie

Elle est née à Montpezat-sous-Bauzon le 19 décembre 1768. Lorsqu'elle est âgée de 16 mois, elle tombe de son lit superposé et s'abime la hanche et les chevilles et ne peut plus marcher. Sa mère, très pieuse, prie Notre-Dame de Pitié à Montpezat sous Bauzon pour qu'elle soit guérie, ce qui advient 4 ans après l'accident. Tous les matins, l'enfant est déposée auprès de la Piétà où un dialogue avec Notre-Dame s'installe. Marinette (comme l'appellent ses proches) fait la promesse à Marie : « Si tu me guéris, je te ramasserai des filles et je leur dirai de bien t'aimer ». Suffisamment rétablie, elle veut tenir sa promesse de s'occuper des enfants et quelques années plus tard, elle part étudier à Pradelles.

À l'âge de dix-huit ans, Marie Rivier ouvre alors une école à Montpezat sous Bauzon, son village natal. Elle est convaincue que l'éducation chrétienne est le meilleur moyen d'évangélisation des jeunes et de travailler à la réconciliation entre tous. Lorsque la Révolution française survient et que la Terreur règne, tout acte religieux devient suspect. Alors que tous les couvents ferment, Marie Rivier, qui n'a que 28 ans, va ouvrir le sien à Thueyts, où elle est partie en 1794 pour ouvrir une école. Le 21 novembre 1796, jour de la fête de la Présentation de Marie au Temple, Marie Rivier et ses quatre premières compagnes se consacrent à Dieu. Cinq ans plus tard, en 1801, avec l'approbation de l'évêque de Vienne, la Congrégation des Sœurs de la Présentation de Marie voit le jour et, en quelques années, elle ouvre 46 maisons.

Pour Marie Rivier et ses filles, l'éducation chrétienne de la jeunesse est et restera une priorité. Cependant, l'éducation de la foi s'étend aussi aux adultes. Les pauvres sont privilégiés. Le premier orphelinat ouvre le 21 novembre 1814. Et même si les sœurs vivent pauvrement, l'accueil des plus pauvres est sacré Aujourd'hui, les Sœurs de la Présentation de Marie servent dans dix-neuf pays du monde. La maison-mère est à Bourg-Saint-Andéol, et la maison généralice à Castel Gandolfo près de Rome.

À sa mort, le 3 février 1838, elle était à l'origine de 141 maisons qui reçurent plus de 350 sœurs pour continuer son œuvre. Marie Rivier a été béatifiée à Rome par le Pape Jean-Paul II, le 23 mai 1982.

Quelques liens pour la canonisation

Marie Rivier, une nouvelle sainte française

Découvrir les Sœurs de la Présentation de Marie


Carte de la paroisse Saint Augustin en Tardoire et Bandiat

Abonnement à la newsletter de la paroisse
Merci bien de renseigner les 4 champs ci-dessous puis de cliquer sur le bouton " Envoyer ".


Prénom :

Nom :

Commune :

Adresse e-mail :








© 2008 - 2022 Paroisse Saint-Augustin en Tardoire et Bandiat    |   Mentions Légales   |   Rechercher